Que savoir des répressions organisées par la junte militaire en Birmanie  ?

Malgré les manifestations de la population, la junte militaire reste muette aux revendications. L’armée qui a pris les rênes du pouvoir ne cesse de multiplier les répressions de manifestations.

Un point des mouvements de manifestations pro démocratie

En Birmanie, les manifestations pro démocratie ne diminuent pas d’ampleur. Des manifestants continuent de descendre dans les rues pour réclamer le départ de la junte qui a pris le pouvoir. Plusieurs centaines d’étudiants, de cadres et d’intellectuels se rassemblent dans la capitale Rangoon. Dans le quartier de la banque centrale, les manifestants sont munis de leurs pancartes qui indiquent un soutien à l’appel à la désobéissance civile. Sur ces pancartes, les manifestants invitent tout le monde à rejoindre leurs mouvements.

La junte au pouvoir ne semble pas vouloir écouter la volonté du peuple descendu dans les rues. Bien au contraire, la junte multiplie les répressions et procède à des arrestations pendant les nuits. Elle a mis en garde toutes les personnes qui hébergeraient chez elles des manifestants recherchés par la junte.
Dans le nord du pays, l’armée a tiré sur les manifestants. Des personnes ont été atteintes par les balles. Pour l’heure on ne sait pas si ce sont des balles réelles ou en plastiques. Cinq journalistes ont été arrêtés.
À Rangoon, près de la pagode Shwedagon, des mouvements de protestation pour le retour de la démocratie sont organisés. Non loin de la gare, des contestataires ont placé des troncs d’arbre pour bloquer le passage à la police. Environ 400 militants ont été déjà mis aux arrêts par la junte depuis le début des mouvements de protestation.

Où se trouve Aung San Suu Kii ?

La figure de proue de la démocratie birmane et qui a été renversée du pouvoir le 1er février 2021 serait placée dans une résidence tenue secrète. Dans les années 1988, elle avait été déjà détenue prisonnière par l’armée birmane. En 2015 elle accéda au pouvoir.