Comment se procurer une villa/maison en Thaïlande ?

Aujourd’hui, la Thaïlande, grâce à ses prix attrayants et une bonne qualité des projets immobiliers, est un paradis d’investissement pour les étrangers. Acquérir une maison ou une villa en Thaïlande peut rapidement devenir bénéfique pour tous. Néanmoins, pour faire une acquisition, il est impératif de connaître toutes les règles et de bien se faire assister. À travers cet article, découvrez l’essentiel sur les procédures d’achat de bien immobilier en Thaïlande.

Procédure administrative

Sachez tout d’abord qu’en Thaïlande, il n’y pas de notaires et la terre appartient au thaïlandais. Il est donc judicieux de se faire entourer de conseillers juridiques ou d’avocats spécialisés dans tout ce qui est transaction immobilière. Vous serez ainsi en mesure d’obtenir plus d'infos nécessaires sur la procédure d’acquisition ainsi que les frais de transfert au même titre que les taxes sur la plus-value lors de la revente de son appartement. Procéder ensuite à une ouverture de compte personnel dans une banque en Thaïlande, permettant la facilité au niveau des paiements et par la même occasion l’acquisition des certificats bancaires. Une deuxième possibilité est envisageable. Vous pouvez donc créer une société Thaïlande dans laquelle l’acquéreur étranger n’est pas actionnaire majoritaire des parts. Mais soyez entièrement conscient de vos actes.

L’achat proprement dit

Une fois, les procédures juridiques terminées, référez-vous à un agent immobilier. Celui-ci, basée sur vos critères de choix et de recherche, vous fera part d’une sélection de maisons ou de villas à visiter. Une fois le bien sélectionné, l’acheteur soumettra donc une offre d’acquisition au propriétaire par le biais de l’agent immobilier. Lorsque le prix sera validé, le conseiller juridique en accord avec l’agent immobilier, procéderons à la vérification de quelques informations liées au propriétaire du domaine. Une fois effectuer, il sera donc rédigé un compromis de vente incluant les modalités de paiement, le partage des frais de transfert, et autres conditions convenues entre le propriétaire et l’acquéreur. S’ensuivra ensuite, le transfert des fonds acquisitions.